08/01/2011

Quelques photos de neige

Photos prises à l'aurore en décembre dernier. J'habite dans ce merveilleux décor

sentier.JPG

 

sentier1.JPG

leparc.JPG

matin.JPG

 

rivière.JPG

 

 

00:06 Écrit par Marielle | Lien permanent | Commentaires (1)

04/01/2010

Gilbert, Richard et moi-même...

Charmant trio

 

trio

17:58 Écrit par Marielle | Lien permanent | Commentaires (2)

28/04/2006

Mes débuts en canariculture.

Tout le monde connaît janvier pour ses jours froids et monotones, surtout, lorsqu'on ne pratique pas beaucoup de sports d'hiver.
Le 15 janvier 2003, je prends la décision d'acquérir un oiseau (canari). Je me disais cela allait faire de la vie dans l'appartement. Je demande à ma soeur Gisèle de m'accompagner à l'animalerie, avec toutes ses connaissances d'éleveur depuis plus de vingt ans, elle saura sûrement m'aider à choisir mon oiseau. Sous un froid de canard nous voilà en route vers l'animalerie.

Une fois arrivées à l'animalerie nous observons le comportement des oiseaux, surtout les mâles car je voulais un oiseau qui chante. Gisèle demande au préposé d'en examiner quelques-uns.
Avec son oeil de connaisseur elle me dit : on devrait aller voir ailleurs pour faire un meilleur choix.

Nous voici à la deuxième animalerie, elle observe encore une fois le comportement, le caractère, la façon dont ils se tiennent, et leur chant. Son choix s'est arrêté sur un magnifique serin de couleur bronze. Il chantait et semblait en bonne santé.
Toutes énervées nous passons à un troisième endroit pour acheter une cage. J'avais déjà fait mon choix à ce sujet.
De retour chez moi je prépare la cage. Mon oiseau est donc dans son nouvel environnement. Surprise! Il chante déjà, bon caractère, calme.

Dimanche, 19 janvier, je décide d'en faire la reproduction à titre d'expérience. J'emprunte à un ami une cage plus grande que la mienne, elle peut servir de cage d'éleveur mais enfin, c'est une première expérience, donc il ne faut pas être trop difficile.
Une seconde fois sous les conseils judicieux de Gisèle j'achète une magnifique femelle rouge orangée. Gisèle aimait son comportement et dit : si tu ne l'achètes pas, moi je la veux!
Après examen de la femelle surtout au niveau de son ventre, Gisèle constate que la femelle est prête alors je l'achète.

De retour à la maison, je place les deux oiseaux dans la même cage. Gisèle me dit: on doit observer leurs comportements, surtout au niveau de la bataille.
Surprise...le mâle"Titi" se met à chanter et la femelle"Tidid" fait la roue, c'est le coup de foudre et l'accouplement. Le nid était déjà dans la cage, donc on attend le résultat.

Je place dans la cage ce qu'il faut pour fabriquer le nid, c'est-à-dire de la flanelle effilochée. La femelle commence à transporter les brins dans le nid, au début les oiseaux s'amusent un peu avec cela. Lundi, un brin dans le nid "ils l'ont échappé". Le mardi rien, le mercredi le nid commence pour vrai. Je regarde comment le nid est fait, sur les conseils de maman qui a élevé des canaris pendant plus de 30 ans elle me dit: va bouger un peu le nid défais-le où tu trouves qu'il n'est pas correct. C'est ce que je fis.

Au retour de Tidid vers le nid avec son brin dans le bec, elle regarde le nid et s'en retourne, elle ne reconnaissait plus le nid, elle a dit:<< Hein! Ce n'est pas mon nid! » À deux reprises, elle a agi comme cela, la troisième fois elle décide de continuer le nid car il n'y en avait pas d'autre ailleurs. C'est très amusant de les observer de si près. Je riais de ce comportement. Titi participe un peu à la fabrication du nid, mais c'est surtout Tidid qui fait tout. Le vendredi le nid est encore un peu inégal d'un côté, je décide de l'égaliser. Tidid n'en fit pas trop de cas.

Le samedi urgence, j'entends beding bedang dans la cage, je réveille les oiseaux à 6 heures comme à l'habitude, Tidid s'empresse de sauter dans son nid sans manger ni boire. Je me dis Oh! Il se passe quelque chose ce matin. Vers 7h30, elle quitte le nid, j'accours jeter un coup d'oeil, Oh! Un OEUF!! Quelle belle sensation en moi, j'avais le sourire aux lèvres, j'appelle ma soeur pour lui faire part de la bonne nouvelle.
Le dimanche, pas d'oeuf, (normalement les femelles pondent à chaque matin). Maman me dit : c’est normal, car lorsque la femelle est jeune ça arrive de passer un matin, donc on se calme!

Lundi, Oh! Un autre oeuf yaouuuuuuuuu ça continue. Les oiseaux sont en amour, ils se bécottent, Titi nourrit Tidid, de son côté elle va souvent dans le nid et se couche sur les oeufs sans les couver. Tout se passe très bien. Gisèle vient les observer souvent et me dit: Tu as vraiment un bon couple, ils font bien les choses, Titi est très doux avec Tidid qui agit comme un petit bébé parfois. Mardi encore un oeuf, mercredi un autre et jeudi le dernier. On peut savoir lorsque c'est le dernier car la teinte est différente un peu, la coquille est plutôt turquoise que bleutée comme les premiers. La dernière journée de ponte, la femelle commence à couver.

La fin de semaine se passe très bien, Titi s'occupe toujours à nourrir Tidid qui est pratiquement toujours sur son nid. Elle ne quitte le nid qu'environ 30 secondes pour boire et manger. Pendant ce temps, Titi va protéger les oeufs en se couchant dessus. Gisèle me dit que normalement on sépare le couple pendant la couvaison. Cela dérange un peu la femelle quand le mâle est trop souvent sur le nid.
Entre-temps je me suis permis d'aller magasiner une cage pour les oisillons, une volière. J'ai trouvé une des plus belle volière pour quelques dollars au marché aux puces. Je suis vraiment heureuse de ma nouvelle expérience. Je flotte! Dimanche quelle surprise lorsque j'ai vu Titi couché à côté de Tidid dans le nid, c'était vraiment un beau spectacle. Après maintes observations, je m'aperçois que Titi ne cède pas toujours la place à Tidid, à son retour elle doit le pousser pour l'enlever du nid.

Lundi, 3 février, la journée décisive. Gisèle vient mirer les oeufs. Le premier est fécondé, le deuxième aussi. On ne va pas plus loin car cela dérange beaucoup Tidid. Hourra! Je vais avoir des oisillons! Cinq, c'est une belle famille. Selon nos calculs, les oisillons devraient naîtrent le 10 ou le 11 février 2003. Presqu'un cadeau d'anniversaire, je suis née le 13 février.
Mardi, le 4 février, tout se passe très bien, Titi et Tidid sont très sereins. Ils mangent, boivent, Tidid couve presque sans arrêt. Rien de spécial à signaler.
Mercredi, 5 février, les oiseaux vont très bien. Tout se passe normalement.
Jeudi, 6 février, je réveille les oiseaux comme d'habitude, je me rends compte que le goujon qui soutient le nid est tombé! Titi a passé la nuit sur la corde à linge semble-t-il. Pourvu que Tidid ait gardé le nid toute la nuit! Les oeufs ne doivent pas refroidir du tout! On se croise les doigts.
Gisèle possède une belle femelle, son mâle semble trop jeune pour l'accouplement. Elle veut bien elle aussi avoir son élevage...donc, ce jeudi Gisèle est passée m'emprunter Titi. Elle a placé Titi dans la cage de la femelle, dans les deux minutes qui ont suivies Titi avait déjà accouplé la femelle. Méchant mâle ce Titi!
Vendredi, 7 février, rien de spécial à signaler, Tidid quitte le nid seulement pour manger. Titi s'en occupe moins, il s'amuse beaucoup à picosser le grillage de la cage.
Samedi, 8 février, je passe à la quincaillerie acheter une minuterie, ce sera utile car je dois déplacer les oiseaux dans un endroit plus calme lorsque les oisillons seront de ce monde. Cette minuterie me servira à allumer et éteindre la lumière si parfois je suis absente.
Petite anecdote sur le sujet...comme je devais m'absenter ce samedi, je donne une clef de mon appartement à Gisèle pour qu'elle couche les oiseaux. Malheur! La clef n'ouvre pas la porte. Erreur de clef. Donc, Titi et Tidid se sont couchés très tard, il ne faut vraiment pas que cela arrive trop souvent, il y a risque de fausse mue.
Dimanche, 9 février, rien de nouveau, on attend l'heureux évènement avec impatience.
Lundi, 10 février, Titid bouge beaucoup dans son nid, elle regarde souvent en dessous d'elle. Un oisillon est né vers l'heure du souper. Wow! Dans la nuit un autre est né.
Mardi, 11 février, je constate les naissances seulement le matin, j'ai vu deux petits becs s'étirer lorsque Tidid est sortie du nid. Comme c'est mignon!
Titi, monté sur ses ergots regarde de loin ce qu'il y a dans le nid, il à l'air tout surpris.
En après-midi, de retour de mon travail un autre est né, il en reste deux à naître. Espérons qu'ils naissent le plus vite possible. Sinon, ils seront plus faibles que les premiers-nés, donc, il y a risque qu'il ne soient pas assez fort comparativement aux premiers qui ouvriront le bec pour manger. 

02:29 Écrit par Marielle | Lien permanent | Commentaires (9)

12/03/2006

Bienvenue sur mon blog!

Je vous souhaite la bienvenue

sur mon blog canaris

Je suis du Canada,  province de Québec. Je pratique la canariculture depuis 2003. Une vraie droguée des oiseaux,  maintenant je ne peux plus m'arrêter!!  Je suis heureuse d'échanger avec les éleveurs de part le monde. Il m'arrive souvent de questionner au sujet de l'élevage etc... Bonne lecture!!

Le but de ces pages est de partager avec vous ma passion pour les canaris. Ce merveilleux petits oiseaux possédant un chant si harmonieux. À mon avis le Harzer (Roller Allemand) est le meilleur chanteur, ce sont des canaris élevés essentiellement pour le chant il est de taille moyenne (14 cm). Il existe en vert, vert panaché de jaune et en jaune.

Au nord-ouest de la Saxe, dans la forêt du Harz, des bûcherons élevaient aussi des canaris qui devaient devenir célèbre pour la qualité surprenante de leur chant. Etait-ce le fait d'être à l'école des oiseaux sauvages, ou encore l'influence de la pénombre des forêts, toujours est-il que ces canaris ce firent remarquer par un chant profond et très pur. Les éleveurs s'employèrent à améliorer ce chant. Le fait de soigner à l'issue de longues journées de travail, et donc au crépuscule; le silence des sous-bois et l'obscurité, conduisent à une technique d'élevage, devenue maintenant très courante.
On peut considérer que la création du Harz a eu lieu vers 1900 avec l'obtention par l'éleveur SEIFER, d'oiseaux au timbre particulièrement bas. On a avancé que la naissance du Harz avait été favorisée par l'industrialisation, qui avait attiré des bûcherons du Harz vers les mines; ils y auraient fait suivre leurs oiseaux, dont le chant profond serait né dans la nuit souterraine...C'est possible mais insuffisant, le chant profond relevant de bases physiologiques.

Le chant du Harz se compose de 6 tours ; la roulée, la grognée, la tintée, les flûtes, la berceuse, le glou. Pratiquement tous les tours sont chantés le bec fermé. Cela se traduit par un chant discret et profond dont la richesse et l'harmonie font la joie d'une oreille attentive.

00:19 Écrit par Marielle | Lien permanent | Commentaires (8)